Communication & Influence

 

N°82 – Avril 2017 – Conflits, guérillas et insurrections… violence, puissance et influence : le décryptage de Gérard Chaliand

Gérard Chaliand a sillonné la planète et passé plus de quarante ans de sa vie dans les rangs des guérillas et des mouvements insurrectionnels. Homme de terrain, il s’impose aussi comme un universitaire reconnu internationalement pour ses analyses géopolitiques et traités de stratégie. Il est enfin considéré avec raison comme l’un des meilleurs spécialistes mondiaux des conflits. Lire la suite

 

N° 79 – Janvier 2017 : Criminalité financière, opérations d’influence et guerre économique : le décryptage de Jean-François Gayraud

Docteur en droit pénal, commissaire divisionnaire – chef-adjoint de l’UCLAT, Unité de coordination de la lutte antiterroriste – Jean-François Gayraud est un spécialiste internationalement reconnu des questions de géopolitique, de criminologie et de géoéconomie du crime. Dans son dernier ouvrage, L’art de la guerre financière (Odile Jacob, 2016), il met en lumière les réalités des guerres financières et les rouages monstrueux qui ruinent les peuples à travers la planète, au profit d’acteurs financiers devenus omnipotents. Usant cyniquement de leur puissance, ces derniers sont devenus les propriétaires de la plupart des médias, combinant ainsi hard et soft power. Lire la suite

 

N° 78 – Décembre 2016 : Une identité puissante, clé de la communication d’influence

« Une identité puissante, clé de la communication d’influence » est le titre d’une contribution que j’ai signée dans le dossier réalisé par le Syndicat français de l’intelligence économique – Synfie, wwww.synfie.fr, sous la direction d’Olivier de Maison Rouge, « Peser sur son environnement concurrentiel : influence, réputation, communication ? »

Bruno Racouchot, directeur de Communication & Influence

Télécharger le document

 

2 décembre 2016 – Réalité, filtres médiatiques et bataille des idées

Dans deux de ses toutes récentes notes d’alerte de la revue Sécurité Globale intitulées La Bataille des idées, le criminologue Xavier Raufer met clairement en évidence les liens qui unissent prédateurs financiers, hommes politiques et journalistes. Pointant tour à tour « Lénine, Soros et la fragmentation du monde » et « Brexit, Trump et journalisme de connivence », Xavier Raufer montre à quel point le jeu des idées visant à définir les règles de ce qu’il est convenu de penser – et ensuite de faire – permet de dresser les opinons publiques et les marchés. Ou plutôt permettait. Car il semblerait que le discrédit qui touche aujourd’hui les médias et les prétendues « élites » dirigeantes soit un phénomène de réaction à l’échelle mondiale.  Lire la suite

 

10 juin 2016 – Brésil, une crise révélatrice de la césure entre réalités et interprétations idéologiques

Quand on vit dans le Brésil profond, celui qui produit et travaille, on ne peut qu’être interloqué par la lecture biaisée qu’offre de la situation la majeure partie des médias et observateurs français. Obsédés par une grille de lecture fortement idéologisée, ces derniers croient expliquer l’alpha et l’oméga de la crise par un « complot »… La réalité est à la fois plus simple et plus grave : cette crise est avant tout la conséquence directe de blocages sévères et structurels, inhérents à la société brésilienne. Pour appréhender correctement ce qui se passe au Brésil, il faut lire Brésil, comprendre la crise, le très intéressant travail, lucide, méthodique et dépassionné, récemment réalisé par Christophe-Alexandre Paillard, haut fonctionnaire, maître de conférence à Sciences Po Paris, directeur du domaine « Armement et économie de défense » de l’IRSEM (Institut de recherche stratégique de l’Ecole militaire), document publié par Diploweb.com. L’examen méticuleux des faits permet de dénouer l’écheveau de jeux d’influence complexes, où, in fine, la communication sur des mythes révolutionnaires a, via les agences de rating, en réalité servi la logique cynique des fonds financiers internationaux. Lire la suite

 

N° 72 – Avril 2016 : Fabricants d’intox et manipulateurs dans la guerre mondiale de l’information : le décryptage de Christian Harbulot

« L’information (vraie ou fausse) est une arme parfois plus efficace que le fusil, la diplomatie, la justice ou la loi. » Malheureusement, constate Christian Harbulot en ouverture de son dernier livre, Fabricants d’intox – La guerre mondialisée des propagandes (Lemieux éditeur, 2016), à la différence de ce que l’on observe dans le monde anglo-saxon, en Chine, en Russie ou en Israël, « une telle évidence n’entre pas dans le champ de vision de nos élites »…  Lire la suite

 

N° 71 – Mars 2016 : Manœuvres d’influence grises et noires contre l’Iran et la Syrie : le décryptage de Frédéric Pichon

Arabisant, docteur en histoire contemporaine, chercheur, Frédéric Pichon est un fin connaisseur des arcanes du Proche-Orient, où il a vécu et enseigné. Universitaire, il est aussi un homme de terrain, qui aime se confronter aux réalités. A contre-courant du mainstream dans les dossiers iranien et syrien, Frédéric Pichon vient de publier Syrie, pourquoi l’Occident s’est trompé (Editions du Rocher, réédition janvier 2016). Une analyse impitoyable de nos échecs qui explique notre perte d’influence dans ce contexte géopolitique si complexe.

Dans l’entretien qu’il m’a accordé, Frédéric Pichon décortique les process de manipulation, de désinformation et d’intoxication mis en œuvre à l’endroit de l’Iran et surtout de la Syrie. Sans porter un jugement de valeur sur le fond, il s’agit ici de mettre en relief l’articulation des outils du hard et du soft power dans des configurations à hauts risques. Et comprendre ce qui advient quand l’idéologie s’évertue à nier la réalité.

Télécharger le document

 

1er avril 2016 – Influentia, influenceurs et influencés…

Communication & Influence avait consacré son n°65 de mai 2015 à Influentia, une somme imposante consacrée à l’influence réalisée sous la direction de Ludovic François et Romain Zerbib, qui rassemblait nombre de contributions d’experts français et internationaux en la matière. Les éditions Lavauzelle (www.lavauzelle.com) viennent de procéder à une réédition de l’ouvrage, réédition revue et augmentée de nouvelles contributions. D’emblée, Ludovic François et Romain Zerbib annoncent clairement les objectifs. Il s’agit d’éclairer les lecteurs « sur les armes, méthodes et outils qu’emploient les nations, les firmes et les organisations pour orienter les marchés et façonner l’opinion. Comment orientent-elles les comportements des élus, des citoyens et des consommateurs ? Comment imposent-elles des idées et des convictions ? Au-delà des questions techniques, l’ouvrage s’intéresse également aux problématiques éthiques que soulève l’omniprésence des professionnels de l’influence dans notre société ultra médiatisée. »  Lire la suite

 

N° 69 – Janvier 2016 : Nos armées au défi de l’influence : hard et soft power sont intimement liés, le décryptage du Général Vincent Desportes

« L’influence n’existe que si elle est basée sur de solides réalités, économiques et militaires en particulier. Le monde est, et restera, un espace d’affrontement armé des volontés. » Tel est le constat dressé par le général (r) Vincent Desportes, qui vient de publier La dernière bataille de France (Le Débat/Gallimard). De fait, en matière de défense, sécurité et relations internationales, puissance et influence sont intimement liées.

Dans l’entretien qu’il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, le général Desportes montre aussi que c’est dans les débats d’idées que se joue aujourd’hui l’avenir de notre puissance. En janvier 2013, il rappelait déjà dans nos colonnes (C&Inf n°40) à quel point l’influence s’imposait comme une arme redoutable, que les armées devaient s’approprier et maîtriser. Une orientation confirmée tout récemment par le Chef d’Etat-Major des Armées, le général Pierre de Villiers, pour qui l’influence constitue désormais un nouveau champ d’action. Un retour au réalisme dont on ne peut que se réjouir pour nos armées et notre pays.

Télécharger le document

 

21 décembre 2015 – Attentats, gestion de crise, influence du mainstream et déni de réalité

Xavier Guilhou est indéniablement depuis plus de  trente ans l’un des meilleurs spécialistes français en matière de prévention des risques, gestion des crises et aide à la décision stratégique. Dotée d’une solide expérience civile et militaire, il a accompagné de près et sur le terrain les plus grandes catastrophes mondiales, catastrophes naturelles comme l’ouragan Katrina, crises sanitaires ou encore crises financières majeures. Spécialisée dans l’Intelligence territoriale, Comprendre & Entreprendre, la Lettre de l’EM Normandie, a eu la bonne idée de l’interroger au lendemain des attentats du 13 novembre à Paris. Au-delà des aspects techniques de la lutte contre le terrorisme, Xavier Guilhou explique comment, par aveuglement le plus souvent, nous nous retrouvons paralysés mentalement. Subjugués par la force des idées en vogue – du mainstream – nos élites dirigeantes font un déni de réalité. Ne pouvant  et/ou ne voulant admettre le réel, elles se condamnent à l’impuissance. Les terroristes gagnent ainsi sur tous les tableaux : ils usent brutalement du hard power sachant dans le même temps que nous sommes mentalement prisonniers de nos propres schémas mentaux de représentation du monde, autrement dit sous influence…  Lire la suite

Page suivante »
  • Invités :

  • Mots-clefs

  • Infothèque