Claude Revel

 

N°81 – Mars 2017 – Penser l’influence dans les rapports de force de la guerre économique : de la compétition aux manœuvres criminelles

Les habits neufs de l’impérialisme : tel est le titre du dossier proposé ce mois-ci par la revue Sécurité globale. Dans cet ensemble, il m’a été demandé d’intervenir sur le thème Penser l’influence dans les rapports de force de la guerre économique : de la compétition aux manœuvres criminelles. Comme vous pourrez le constater dans les pages qui suivent, l’influence, comme Janus, offre deux faces, l’une positive, l’autre négative. Et la frontière est parfois ténue entre la volonté de remporter une bataille économique et l’utilisation proprement mafieuse des moyens qu’offre la guerre de l’information. Où s’arrête la compétition ? Où commence le crime ? Lire la suite

 

20 août 2013 – Influence-Day le 27 septembre à Paris

Ceux qui s’intéressent aux questions d’influence auront à cœur de noter sur leur agenda que la première édition d’Influence-Day, événement consacré à la communication d’influence et aux relations institutionnelles, se tiendra le vendredi 27 septembre à Paris (Hôtel California, rue de Berri, 75008). Influence-Day est organisé sous l’égide de Veille, magazine des professionnels de l’information stratégique, et de sa dynamique directrice Jacqueline Sala. Quatre thématiques seront plus particulièrement abordées: Comment construire une stratégie de communication d’influence ? Concertation publique et maîtrise de l’e-réputation ; Public Affairs et lobbying normatif ; et enfin lobbying économique et financier. Lire la suite

 

N°46 – Juillet 2013 – Ce que l’affaire Snowden révèle de la guerre économique : le décryptage de Bernard Carayon

La montée en puissance de l’affaire Snowden début juillet n’aura surpris que ceux qui s’évertuent à nier la réalité des jeux de pouvoir à l’échelle planétaire. Oui, les Etats-Unis ont mis la planète sur écoute. Oui, ils surveillent leurs alliés, l’Europe au premier chef. Oui, leurs pôles d’intérêt dépassent de loin la guerre contre la drogue ou le terrorisme. Oui, ils se servent de leur puissance pour vaincre dans une guerre économique où tous les coups sont permis, pour faire gagner leurs entreprises. Mais cela n’est pas nouveau. Par angélisme ou par faiblesse, nous préférons ignorer ces réalités, résultat d’une combinaison subtile entre hard et soft power. Lire la suite

 

N°45 – Juin 2013 – L’influence, le noble art de l’intelligence économique

La revue Communication & Organisation (Presses universitaires de Bordeaux) consacre son 42ème numéro au thème : « La communication, dimension oubliée de l’intelligence économique ». Alain Juillet, ancien Haut responsable à l’intelligence économique, et Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication et de Communication & Influence, y cosignent un article portant sur le rôle-clé de l’influence. Car l’’intelligence économique et la communication sont deux univers qui, en France, se connaissent mal. Un constat d’’autant plus paradoxal qu’’à l’origine, la competitive intelligence a pour objet non seulement la recherche et la sécurisation de l’’information, mais aussi sa diffusion en interne et en externe, auprès de cibles dûment identifiées. Lire la suite

 

3 juin 2013 – Claude Revel, nouvelle D2IE : une bonne nouvelle pour l’influence

Le 29 mai, Claude Revel a été nommée en Conseil des Ministres Déléguée interministérielle à l’intelligence économique. Elle remplace ainsi Olivier Buquen et se verra rattachée directement au Premier ministre. Ceux qui s’intéressent aux stratégies d’influence savent que Claude Revel a à cœur d’étudier plus particulièrement ce segment trop peu connu de l’intelligence économique. A l’occasion de la sortie de son dernier livre, La France : un pays sous influences ? (Vuibert, 2012), elle avait eu la courtoisie de m’accorder un long entretien pour notre Lettre mensuelle Communication & Influence (n° 34, juin 2012). Elle plaidait alors en faveur d’un recours sans équivoque aux stratégies d’influence, qui privilégient la force des idées, la richesse des contenus et la réhabilitation de la pensée stratégique. En conclusion de l’entretien, elle soulignait : « A rebours des Anglo-saxons, les Français ont trop souvent le défaut d’établir une rupture entre la réflexion et l’action. Inversons la tendance. Cohérence, lucidité, volonté sont autant de vertus qui permettront à l’influence de trouver ses lettres de noblesse, de redonner un nouveau souffle à la réflexion stratégique et de s’imposer comme une arme-clé face aux défis à venir. » Lire la suite

 

29 avril 2013 – Influence et géoéconomie : l’Institut Choiseul poursuit sa montée en puissance

En douceur, l’Institut Choiseul – think tank français dédié à l’analyse de la gouvernance économique mondiale – poursuit son travail d’études des réseaux d’influence, tant en France qu’à l’international. Plusieurs événements récents méritent que l’on salue ce travail de fond. En Une, le Figaro magazine du week-end dernier dresse un dossier présentant les 250 leaders de demain, « Ceux qui font la France », et ce à partir d’une étude de l’Institut Choiseul. Economie, politique, culture, art de vivre, sciences… autant de secteurs où sont détectés ceux qui pourraient bien être les hommes et les femmes occupant les postes-clés dans les réseaux de demain. Un travail d’analyse que l’Institut Choiseul poursuit à l’international avec son dernier numéro de sa revue Géoéconomie, entièrement refondu, présentant des signatures prestigieuses, au premier rang desquelles Enrico Letta, qui a eu le temps d’y signer un article de fond sur « l’Italie, l’Europe et la crise » juste avant d’être nommé Président du Conseil italien la semaine passée. On y trouve également les signatures de Dov Zerah, Edward Luttwak, Ali Ahani, Jean-François Dehecq, Thierry Pouch, Jean-Paul Maréchal, Alexander Golts, Christian Gambotti, Camilo Martinez, François Delahaye, Xavier Raufer et Eugène Berg, sans oublier Pierre Buhler et Claude Revel qui furent respectivement les invités de Communication & Influence en mai et juin 2012. Lire la suite

 

20 janvier 2013 – L’atout influence de la France dans la mondialisation

« A l’évidence, la France n’a pas trouvé sa place dans la mondialisation. » Ce diagnostic livré par Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur, ne doit pas induire en erreur et inciter au pessimisme. Au contraire. Car nous avons des atouts et en premier lieu une forte capacité à rayonner de par notre image et notre identité. En réajustant son positionnement sur la scène internationale, en engageant à grande échelle une judicieuse stratégie d’influence, la France peut gagner la bataille de la mondialisation. « Elle peut, elle doit s’y inscrire résolument, elle en a les capacités. Déjà, les couches moyennes urbaines des pays émergents ont de nouvelles exigences de consommation. Ce sont elles qui tirent les ventes du luxe, des cosmétiques, de produits de santé et d’agroalimentaire de qualité. La population des villes va exploser. En 2030, près de 1 milliard de Chinois seront urbains. La France peut bénéficier de ces évolutions, son image est bonne et ses entreprises sont bien placées. » Lire la suite

 

N° 38 – Novembre 2012 – Stratégie et influence : vers un retour aux fondamentaux ?

Les mentalités seraient-elles en train de changer ? Le réalisme reviendrait-il au goût du jour ? En tout cas, en France, l’influence semble enfin trouver ses lettres de noblesse dans la sphère diplomatique. C’est pour expliquer ces mutations sur un mode grand public que Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, a publié cet automne deux articles dans l’hebdomadaire Valeurs actuelles. Le premier porte sur la volonté affichée par l’Etat de développer une stratégie d’influence. Le second vise à réhabiliter la pensée stratégique. Ces signaux laissent espérer un certain retour au pragmatisme. On ne peut que s’en réjouir.

Cités dans ce numéro : Philippe Baumard, Commission européenne, CNRS, Eric Delbecque, Ecole de guerre économique, Laurent Fabius, Christian Harbulot, François-Bernard Huyghe, Institut Choiseul, Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice, INHESJ, Kepco, Didier Lucas, Arnaud Montebourg, Laurence Parisot, Claude Revel, Joël Ruet, Valeurs actuelles.

Télécharger le document

Feuilleter sur Calaméo

 

N° 37 – Octobre 2012 – Influence, relations institutionnelles et diplomatie d’entreprise : le décryptage de Didier Lucas

Dans l’univers de plus en plus complexe où évoluent les grandes entreprises, les responsables des relations institutionnelles ont un rôle-clé, politique et stratégique. Didier Lucas, directeur général de l’Institut Choiseul, spécialisé dans l’analyse des grandes questions stratégiques internationales (www.choiseul.info), a dirigé un ouvrage qui leur est consacré, Les diplomates d’entreprise – Pouvoir, réseaux, influence, (éditions Choiseul, sortie fin octobre).

Dans l’entretien qu’il a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Didier Lucas met en relief le rôle déterminant des stratégies et de la communication d’influence pour les instances dirigeantes dans les années à venir.

Cités dans ce numéro : Philippe Baumard, Guy Debord, Christian Harbulot, Institut Choiseul, Harris interactive, Didier Lucas, Bruno Racouchot, Claude Revel, Alain Tiffreau.

Télécharger le document

Feuilleter sur Calaméo

 

N° 34 – Juin 2012 – Influence, lobbying, public diplomacy… la France face aux armes du smart power : le décryptage de Claude Revel

Les jeux d’influence sur la scène internationale ont redistribué les cartes de la puissance. Le smart power, ce pouvoir de l’intelligence cher au président Obama, permet de remporter bien des victoires, en douceur mais avec de réelles conséquences. Notre pays a-t-il su prendre la mesure de cette mutation ? Quels sont nos atouts et nos faiblesses dans cette nouvelle forme d’affrontement à l’échelle planétaire ?

Enarque, spécialiste reconnue de l’intelligence économique, Claude Revel s’interroge. Son dernier livre, La France, un pays sous influences ? (Vuibert, juin 2012) dresse un état des lieux sévère mais non sans espoir. Dans l’entretien qu’elle a accordé à Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, Claude Revel plaide pour un recours aux stratégies d’influence, qui privilégient la force des idées, la richesse des contenus et la réhabilitation de la pensée stratégique.

Cités dans ce numéro : Pierre Buhler, Dwight Eisenhower, Lénine, Nicolas Machiavel, Claude Revel.

Télécharger le document

Feuilleter ce document sur Calaméo

Page suivante »
  • Invités :

  • Mots-clefs

  • Infothèque