Lettres mensuelles

 

N° 156 – Juin 2024 – Le terrorisme pensé comme arme communicationnelle et levier d’influence : le décryptage de Daniel Dory

« Le terrorisme consiste en la réalisation (et/ou la menace) d’actes de guerre visant à transmettre un message émotionnellement impactant à des audiences différentes des victimes immédiates de l’action violente ». A la veille des Jeux Olympiques 2024, cette réflexion de Daniel Dory mérite d’être soulignée. Universitaire ayant enseigné la géographie et la géopolitique tout à la fois en France et en Amérique latine, Daniel Dory a aussi eu une solide expérience de terrain en Bolivie – notamment comme vice-ministre du gouvernement – quant à la pénétration des arcanes des mouvements terroristes locaux. Comme aboutissement d’une longue trajectoire de recherche et d’enseignement sur le sujet, il vient de publier chez VA Éditions (Versailles, 2024), Étudier le Terrorisme, le premier manuel en langue française consacré au champ disciplinaire des études sur le terrorisme. Lire la suite

 

N° 155 – Mai 2024 – L’influence par l’amalgame, une arme puissante de guerre informationnelle : le décryptage de Bruno Mignot

« L’influence par l’amalgame est bien une technique de manipulation par­mi d’autres. De quoi s’agit-il ? La tech­nique consiste à faire des rapproche­ments indus et hypocrites, à mélanger les genres, à associer des notions dif­férentes pour mettre en valeur ou at­taquer une cause : quand elle est « po­sitive », elle est trompeuse, et quand elle est « négative », elle est partisane ». Général (2S) de l’Armée de l’air et de l’espace, Bruno Mignot vient de publier L’influence par l’amalgame (L’Harmat­tan, 2024). Très tôt intéressé par l’intel­ligence économique, notamment par les questions d’affrontements cogni­tifs et de guerres informationnelles, il a publié plusieurs ouvrages en lien avec ces thématiques, qu’il enseigne aujourd’hui dans de grandes écoles. Mettant l’accent sur l’importance de la perception en la matière, il estime que « l’influence par l’amalgame constitue une arme de manipulation massive ». Lire la suite

 

N° 154 – Avril 2024 -L’influence par l’imposture, le cas clinique de la IV° République : le décryptage d’Eric Branca

Impostures de l’Epuration, faux résis­tants et vrais collabos, imposteurs de la guerre froide, comploteurs et complo­tistes, mensonge au cœur de l’Etat… autant de chapitres qui composent le dernier opus d’Eric Branca, historien et journaliste. Dans sa République des imposteurs (Perrin, 2024), il montre comment, au sein d’une IV° Répu­blique en pleine déliquescence – « l’une des périodes les plus folles de l’histoire contemporaine » – à tous les étages de la société, le travestissement, le men­songe, la dissimulation deviennent les artifices communs pour triom­pher dans ce nouveau monde. D’où ce constat : « L’imposture, c’est un fait, est inséparable de la notion d’influence. Le mot est dérivé du latin imponere qui signifie imposer mais aussi, par exten­sion, « en imposer à quelqu’un » pour le tromper. » De fait, vu sous cet angle, il est indéniable que « l’imposture consti­tue la face noire de l’influence. » Lire la suite

 

N° 153 – Mars 2024 – Le rôle-clé des opérations cognitives dans les jeux d’influence du XXI° siècle : le décryptage de Christian Harbulot

« Force est de constater que le capita­lisme français n’a mentalement pas voulu intégrer le fait que nous évo­luons désormais au sein d’une guerre économique systémique. Or, d’autres économies nationales veulent sortir de ce monde monochrome de la « mon­dialisation heureuse » de la fin du XX° siècle. D’où des changements majeurs – et parfois brutaux – qui vont inéluc­tablement survenir. » Ce bouleverse­ment d’une immense ampleur étudié par Christian Harbulot, fondateur de l’Ecole de Guerre Economique (EGE), est décortiqué dans son récent ou­vrage, La guerre économique au XXI° siècle (VA Editions, mars 2024). Appuyé par des spécialistes, Christian Harbulot pose dès lors une question-clé : « Com­ment reconstituer une puissance éco­nomique, réelle, solide, absolument indispensable pour assurer l’unité na­tionale, sous peine de voir se désagré­ger des pans entiers du pays ? » Lire la suite

 

N° 152 – Février 2024 – L’influence sort enfin de la clandestinité pour prendre sa part à la guerre de l’information : le décryptage de Jean-François Bianchi

« Vingt années d’enseignement m’auront ainsi appris que se saisir de l’influence, c’est en pratique, penser autrement la relation à l’autre et s’offrir un large panel de solutions et d’opportunités dans l’action, tout en restant dans un cadre légal et moral. C’est donc, à mon sens, une voie privilégiée vers la puissance. » Professeur associé à l’Ecole de Guerre Economique (EGE), en charge des questions relatives à la diplomatie d’entreprise, à l’influence et aux stratégies d’influence appliquées aux confrontations économiques, Jean- François Bianchi vient de partir en retraite. Ayant évolué des décennies durant en passeur entre les mondes civil et militaire, politique et économique, public et privé… il dresse ici un bilan et opère une mise en perspective du concept d’influence dans notre pays, en montrant l’urgence de sa réhabilitation et l’importance de sa mise en œuvre. Lire la suite

 

N° 151 – Janvier 2024 – Jeffrey Epstein, prédateur sexuel lié à l’hyperclasse mondiale et « parrain » du soft power américain : le décryptage de Xavier Raufer

Ogre pédocriminel, proxénète des grands de ce monde, Jeffrey Epstein a prostitué des centaines de jeunes filles, au vu et au su de tous, en toute impunité, jusqu’à son « suicide ». Criminologue, directeur d’études au Conservatoire national des arts et métiers, professeur dans des universités en Chine et aux Etats-Unis, Xavier Raufer signe Jeffrey Epstein – L’âme damnée de la IIIème culture (éditions du Cerf, 2023), où il pointe le monde de Silicon Valley comme étant le cœur névralgique de l’univers d’Epstein. « Silicon Valley a forgé sa légende en même temps que sa fortune qui le rendent séduisant et capable de faire avaler n’importe quoi au grand public par les médias que, désormais, il contrôle largement (sites, plateformes, think-tanks, journaux, agences de communication, etc.). » Une entreprise de prédation financière mondiale en symbiose avec les délires sexuels et criminels d’Epstein… Lire la suite

 

N° 150 – Décembre 2023 – Argentine, Chili, Brésil, Venezuela, Bolivie… Quid des conflits informationnels en Amérique latine ? Le décryptage de François Soulard

Javier Milei sera dimanche le nouveau président de l’Argentine. Honni par les médias, il a cependant gagné. Pourquoi ? Et plus largement, quid des affrontements informationnels en Amérique du Sud ? Chercheur français résidant en Argentine, François Soulard vient de publier Una nueva era de confrontación informacional en América Latina (éditions Ciccus, Buenos Aires, novembre 2023). Proche du géostratège Gérard Chaliand, dont il a traduit plusieurs livres en anglais et espagnol, fin connaisseur de l’univers altermondialiste, en lien avec l’Ecole de pensée sur la guerre économique (EPGE), le Forum mondial de l’économie sociale et l’Institut de l’Iconomie, il est le fondateur de la plateforme de communication dunia.earth, dont les travaux s’étendent aux cultures stratégiques, aux mutations liées à l’informatisation, aux affrontements informationnels et économiques. Lire la suite

 

N° 149 – Novembre 2023 – Passer à l’offensive dans la guerre économique, quelle place pour les opérations d’influence ? Le décryptage d’Arnaud de Morgny

« L’influence est un outil puissant dans la guerre économique, permettant de gagner des avantages concurrentiels, de déstabiliser des concurrents, de promouvoir des concepts qui favorisent l’achat de produits ou de créer des conditionnements d’usage, de sécuriser des partenariats stratégiques et de créer des conditions favorables pour les opérations économiques mais aussi d’atténuer ou de faire disparaître l’existence même de la guerre économique. » Ce constat au scalpel place l’influence bien au-delà des prétendus influenceurs de YouTube… Il est dressé par Arnaud de Morgny, directeur-adjoint au sein du CR451 – Centre de recherche appliquée de l’Ecole de guerre économique – qui a codirigé, avec Christian Harbulot et Nicolas Moinet, le second numéro de la revue Guerre économique intitulé Comment gagner ? (Nouveau Monde Éditions, septembre 2023). Lire la suite

 

N° 148 – Octobre 2023 – La fascination pour la violence constitue-t-elle un levier d’influence ? Georges Sorel décrypté par Rodolphe Cart

La violence inouïe des images de l’affrontement entre le Hamas et Israël, faisant suite aux images tout aussi atroces du conflit entre Russes et Ukrainiens, se déverse en boucle au sein de l’univers médiatique, nous rappelant si besoin était que la violence constitue un paramètre-clé d’attraction/répulsion dans les affrontements informationnels et communicationnels. A ce titre, il peut être utile de revenir sur l’œuvre de ce grand visionnaire et théoricien de la violence que fut le français Georges Sorel (1847-1922), dont l’ouvrage majeur, Réflexions sur la violence (1908), vient d’être republié chez Krisis (introduction de Pierre-André Taguieff, postface de Julien Freund). Le même mois de juin dernier sortait également un court traité signé Rodolphe Cart, intitulé Georges Sorel, le révolutionnaire conservateur (Éditions de la Nouvelle Librairie). Lire la suite

 

Le facteur temps dans la guerre économique, un levier d’influence qui joue contre nous : le décryptage de Jean-Louis Tertian

« La crise est utile en ce sens qu’elle conduit à accélérer la prise de décision. Mais quand on fait face à des mutations nombreuses et de long terme, se concentrer sur la résolution d’une crise de court terme peut se révéler contre-productif sur le long terme. La capacité d’anticipation si souvent mentionnée comme un des éléments fondamentaux en matière d’intelligence économique joue ainsi un rôle fondamental. » Contrôleur général au sein des ministères économiques et financiers, ancien Coordinateur ministériel à l’intelligence économique de Bercy, Jean-Louis Tertian vient de publier La souveraineté stratégique : une question de tempo (Éditions du Palio, juin 2023). De fait, nous subissons l’influence pesante des normes et des procédures. Aussi, pour résoudre cette aporie, il faut régler la question du bon tempo à adopter. Lire la suite

Page suivante »
  • Invités :

    Patricia Adam
    Christophe Assens
    Alain Bauer
    Jérôme Barrier
    Philippe Baumard
    Alain de Benoist
    Henri Bentégeat
    Jean-François Bianchi
    Philippe Bilger
    Pierre Boisserie
    Philippe Bornet
    Thierry Bouzard
    Patrick Buisson
    Charles-Edouard Bouée
    Eric Branca
    Rony Brauman
    Pierre Buhler
    José Bustani
    Bernard Carayon
    Jean-Yves Carfantan
    Rodolphe Cart
    Yann Caspar
    Hugues Cazenave
    Gérard Chaliand
    Raphaël Chauvancy
    Edouard Chanot
    Yves Christen
    Jean-François Colosimo
    Augustin de Colnet
    André-Paul Comor
    Pierre Conesa
    Christian Coutenceau
    Dominique David
    Eric Delbecque
    Marie-Danielle Demélas
    Eric Denécé
    Général Vincent Desportes
    Slobodan Despot
    Hadrien Desuin
    Nicolas Dolo
    Daniel Dory
    Henri Dou
    Gérard-François Dumont
    Bernard Esambert
    Pierre Fayard
    Jean-François Fiorina
    Michel Foucher
    Jérôme Fourquet
    Ludovic François
    Michel Foucher
    Franck Galland
    Marie-France Garaud
    Valérie Gaschignard
    Jean-François Gayraud
    Pascal Gauchon
    Thibaud Gibelin
    Sylvain Gouguenheim
    Michel Goya
    Xavier Guilhou
    Christian Harbulot
    Jean-Vincent Holeindre
    Jean-Marc Huissoud
    François-Bernard Huyghe
    Alain Juillet
    Hervé Juvin
    Thibault Kerlirzin
    Olivier Kempf
    Aude de Kerros
    Frédéric Lacave
    Yves Lacoste
    Alexandre Lanzalavi
    Lucie Laurent
    Patrice Lefort-Lavauzelle
    Erik L’Homme
    Gilles Lipovetsky
    Pascal Lorot
    Florian Louis
    Mathieu Lours
    Didier Lucas
    Jean de Maillard
    Olivier de Maison Rouge
    Thierry Marx
    Michel Maffesoli
    Christian Marcon
    Olivier Marleix
    Guy Massé
    Jean-Dominique Merchet
    Flavio Werneck Meneguelli
    Bruno Mignot
    Nicolas Moinet
    Thibault de Montbrial
    Thierry de Montbrial
    Arnaud de Morgny
    MSIE 36
    Martin Motte
    Jean-Baptiste Noé
    Laurent Obertone
    Rémy Pautrat
    Jean-Paul Picaper
    Cynthia Picart
    Frédéric Pichon
    Frédéric Pierucci
    Frédéric Pons
    Bruno Racouchot
    Mériadec Raffray
    Son Excellence l’Ambassadeur Octavio Rainho
    Xavier Raufer
    Claude Revel
    Ingrid Riocreux
    Général Christophe de Saint Chamas
    Frédéric de Saint-Sernin
    Claude de Saint Vincent
    Philippe Schleiter
    David Simonnet
    Carlos-Ivan Simonsen
    François Soulard
    Guy Teissier
    Nicolas Tenzer
    Jean-Louis Tertian
    Hervé Théry
    Henri Thomé
    Denis Tillinac
    Michel Tsimaratos
    Roger Vandomme
    Hubert Védrine
    Pierre Verluise
    Guillaume Vuillemey
  • Mots-clefs

  • Infothèque