1er février 2013 – Jeux d’influence et fraude financière

Publié le 1 février 2013 par Bruno Racouchot

Comment perdre de la puissance à cause de l’influence omnipotente d’une représentation du monde déconnectée du réel ? Si les fraudes financières explosent à travers la planète, c’est d’abord parce qu’elles profitent de ce que les institutions et leurs représentants évoluent dans un univers mental coupé des réalités. Ce qui prouve une nouvelle fois la force des idées dans les jeux d’influence. Fin analyste des rapports du droit et du politique, le juge Jean de Maillard, pénaliste spécialisé dans la lutte contre le crime organisé et la délinquance financière, remarque : « Aujourd’hui, force est de constater que les pays occidentaux n’ont plus de ligne géopolitique. Ancien pays riche, en perte de vitesse, nous avons une vision de la géopolitique aux antipodes de nos concurrents. Elle est fondée sur l’idée que le droit doit gouverner le monde. C’est oublier que cela n’est possible qu’à l’intérieur d’un consensus minimum sur le respect du droit. Or, quand vous avez affaire à des acteurs pour lesquels ce qui est déterminant est in fine le rapport de force, et non le rapport de droit, on ne se bat pas avec les mêmes armes. On a un sabre en bois quand l’autre a un fusil ! Si nous voulons retrouver notre rang, nous devons prioritairement prendre en compte les rapports de force sur la scène internationale. » (Entretiens géopolitiques mensuels du directeur de l’ESC Grenoble, n° 21, janvier 2013).

Lucide, Jean de Maillard sait que les voies de l’enfer sont pavées de bonnes intentions et appelle à faire preuve de réalisme. « Soyons sérieux, l’État n’est pas un être moral. Souvenons-nous de ce que disait Hobbes, l’État, c’est un Léviathan ! Le droit doit avoir sa place, toute sa place mais rien que sa place. Il existe des situations, des occurrences, dans lesquelles on règle un problème non par le droit mais par la force ou le rapport de force. Le droit ne peut pas tout et, dans le monde tel qu’il est, mieux vaut ne pas être trop angélique. Le monde est violent, il est affrontement de puissances. Si dans le monde tel qu’il est, l’homme veut être à la hauteur des valeurs qu’il professe, il lui faut garder une dose de réalisme et se montrer capable de s’adapter pour conserver le cap. Le mieux est l’ennemi du bien. » Bref, un entretien décapant à découvrir, qui conforte parfaitement l’approche précédemment développée par le juge Jean de Maillard en avril 2011 dans les colonnes de Communication & Influence.

Bruno Racouchot, Directeur de Communication & Influence

Consulter l’article

Consulter l’entretien accordé par Jean de Maillard à Communication & Influence

Partagez cet article
    • Invités :

      Patricia Adam
      Alain Bauer
      Philippe Baumard
      Henri Bentégeat
      Philippe Bilger
      Pierre Boisserie
      Charles-Edouard Bouée
      Eric Branca
      Rony Brauman
      Pierre Buhler
      José Bustani
      Bernard Carayon
      Jean-Yves Carfantan
      Hugues Cazenave
      Gérard Chaliand
      Yves Christen
      Jean-François Colosimo
      André-Paul Comor
      Pierre Conesa
      Christian Coutenceau
      Dominique David
      Eric Delbecque
      Eric Denécé
      Général Vincent Desportes
      Slobodan Despot
      Hadrien Desuin
      Nicolas Dolo
      Henri Dou
      Gérard-François Dumont
      Bernard Esambert
      Pierre Fayard
      Jean-François Fiorina
      Michel Foucher
      Jérôme Fourquet
      Ludovic François
      Franck Galland
      Marie-France Garaud
      Valérie Gaschignard
      Jean-François Gayraud
      Pascal Gauchon
      Sylvain Gouguenheim
      Michel Goya
      Xavier Guilhou
      Christian Harbulot
      Jean-Vincent Holeindre
      Jean-Marc Huissoud
      François-Bernard Huyghe
      Alain Juillet
      Hervé Juvin
      Olivier Kempf
      Aude de Kerros
      Frédéric Lacave
      Yves Lacoste
      Patrice Lefort-Lavauzelle
      Erik L’Homme
      Gilles Lipovetsky
      Pascal Lorot
      Florian Louis
      Didier Lucas
      Jean de Maillard
      Olivier de Maison Rouge
      Thierry Marx
      Michel Maffesoli
      Olivier Marleix
      Jean-Dominique Merchet
      Flavio Werneck Meneguelli
      Nicolas Moinet
      Thibault de Montbrial
      Thierry de Montbrial
      Martin Motte
      Jean-Baptiste Noé
      Laurent Obertone
      Rémy Pautrat
      Jean-Paul Picaper
      Frédéric Pichon
      Frédéric Pierucci
      Frédéric Pons
      Bruno Racouchot
      Mériadec Raffray
      Son Excellence l’Ambassadeur Octavio Rainho
      Xavier Raufer
      Claude Revel
      Ingrid Riocreux
      Général Christophe de Saint Chamas
      Frédéric de Saint-Sernin
      Claude de Saint Vincent
      Philippe Schleiter
      David Simonnet
      Carlos-Ivan Simonsen
      Guy Teissier
      Nicolas Tenzer
      Hervé Théry
      Henri Thomé
      Denis Tillinac
      Roger Vandomme
      Hubert Védrine
      Pierre Verluise
    • Mots-clefs

    • Infothèque