N°42 – Mars 2013 – Défense, Opex, hard power et influence : quelle articulation à l’heure du Livre blanc ? Le décryptage de Patricia Adam

Publié le 26 mars 2013 par Bruno Racouchot

Députée du Finistère et élue du grand port militaire qu’est Brest, Patricia Adam est la présidente de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées de l’Assemblée nationale. A l’heure de la publication du nouveau Livre blanc, où la France est engagée avec l’opération Serval dans une opération extérieure (Opex) d’envergure au Mali, où les menaces se multiplient sur un horizon incertain, bien des questions se posent sur la part respective des armes du soft et du hard power dans notre stratégie de Défense d’aujourd’hui et surtout de demain.

Comme l’avait fait en son temps dans nos colonnes M. Guy Teissier, son prédécesseur à la présidence de cette commission (Communication & Influence, septembre 2010), Patricia Adam a très aimablement reçu Bruno Racouchot, directeur de Comes Communication, pour livrer sa perception des enjeux présents et à venir. A ses yeux, en matière de Défense, il ne peut y avoir d’influence sans un solide socle de hard power : « Pour notre pays, croire que le soft power remplacera le hard power dans notre capacité d’influence, ce n’est pas seulement une illusion, c’est une erreur stratégique. »

Bruno Racouchot, Directeur de Communication & Influence

Télécharger le document

Feuilleter sur Calaméo

 

Partagez cet article
    • Invités :

    • Mots-clefs

    • Infothèque